Skip to content

Qui sommes-nous Historique

Historique du CAMF et de la PFM

L’idée d’une politique familiale municipale (PFM) a été évoquée à l’occasion d’une consultation publique sur la politique familiale, réalisée par le gouvernement du Québec dans les années 1980. Lors de cet évènement, le directeur général de la Fédération des Unions de Familles (FUF), M. Jacques Lizée, déposait un mémoire suggérant la nomination d’un élu responsable des questions familiales (RQF). Cette nomination visait à faire en sorte que la personne élue amène le conseil municipal à se poser la question suivante : « Quel impact ce projet aura-t-il sur la qualité du milieu de vie des familles? ». Même si elles n’étaient pas regroupées dans un même document, les actions municipales en faveur des familles étaient déjà très présentes à l’époque.

Ce qu’il y avait de différent, voire de neuf, dans cette vision, c’était de s’adresser au palier de gouvernement local pour mettre en place une politique familiale. Cette dernière trouverait son application au niveau local, là où il est le plus facile pour les familles de participer au développement de leur propre milieu de vie. Quelque temps après la consultation, les municipalités manifestaient de plus en plus l’intention de désigner un RQF au sein de leur conseil. Cet engouement fut l’élément déclencheur en faveur des PFM et, en conséquence, de la mise sur pied du Carrefour action municipale et famille (CAMF), en 1989. D’abord, membre du comité permanent de la FUF, l’organisme s’est incorporé en 2001. Le CAMF est ainsi devenu une entité à part entière qui continue de promouvoir le concept de PFM, auquel s’ajoute maintenant la démarche Municipalité amie des ainés (MADA), à travers le Québec.

À ce jour, le CAMF a formé un véritable réseau d’élu(e)s municipaux, provenant des 17 régions du territoire québécois, favorisant les échanges, le partage et le développement du leadeurship des communautés en matière de milieu de vie des familles. Depuis sa création, plus de 700 municipalités et MRC ont répondu à l’appel en mettant sur pied une PFM, représentant plus de 84 % des familles du Québec.

Les enjeux des familles et des aînés d’aujourd’hui

En raison des changements importants que subissent les sociétés, les municipalités ont plus que jamais besoin d’une politique familiale municipale et d’une démarche MADA. Chaque municipalité doit s’assurer d’offrir le soutien, les services et la sécurité nécessaires à ses familles en lien avec les changements démographiques.

Depuis les années 60, le contexte familial au Québec a vécu une évolution majeure; des modifications fondamentales dans les structures familiales ont été apportées, principalement marquées par :

L’augmentation des familles monoparentales (elles sont passées de plus de 250 000 en 1986 à 310 000 en 1996; elles représentent 24 % de l’ensemble des familles avec enfants);
L’entrée massive des femmes avec jeunes enfants sur le marché du travail (30% en 1997 à 70 % en 2000),
Une diminution importante de la natalité (indice de fécondité à 1,47 enfant en 2001),
Un vieillissement de la population (25 % d’aînés en 2030).
Il existe de plus en plus de modèles familiaux : traditionnel, monoparental, reconstitué, élargi, etc. Le vieillissement accéléré de la population incite le gouvernement à trouver des solutions concernant le manque de main d’œuvre que cela occasionnera et à adopter des méthodes pour augmenter le nombre de naissances, dont le taux est sous le seuil de renouvèlement de la population, mais également pour assurer que les familles aient l’aide nécessaire pour assurer la prise en charge des jeunes et des ainés. La culture se diversifie en raison de nouveaux arrivants immigrants. Le prix des logements qui ne cesse d’augmenter affecte la marge de manoeuvre budgétaire des familles. Les femmes ont leurs enfants de plus en plus tard et priorisent souvent leurs études et leur travail. Les familles travaillent de plus en plus et ont de moins en moins de temps libre.

Toutes ces raisons, mais également plusieurs facteurs à prendre en considération tels le droit des enfants, la mobilité réduite et l’obésité chez les jeunes, consolident l’importance de doter les municipalités d’un plan d’action qui saura contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des familles, des enfants et des aînés.