Skip to content

Comment définir « la famille »?

« La famille est une institution en évolution. Sa réalité prend plusieurs formes depuis plusieurs décennies : famille biparentale, recomposée, monoparentale. Le Carrefour reconnait ce pluralisme et tient compte des divers visages de la famille québécoise. Il maintient une ouverture à la mouvance quant aux besoins des familles ».

Organisation mondiale de la famille. Article 1, « Déclaration des droits fondamentaux de la famille ». Paris, 14 octobre 1994. « La famille est l’élément fondamental de la société. Elle est une communauté de personnes, de fonctions, de droits et de devoirs, et une réalité affective, éducative, civique, économique et sociale ».

« Cadre naturel de développement et du bien-être de tous ses membres, elle (la famille) est un lieu privilégié d’échanges, de transmissions et de solidarité entre les générations. Elle doit être respectée, recevoir protection, soutien et accéder aux droits et services nécessaires pour exercer pleinement ses fonctions et ses responsabilités ».

L’unité et la communauté naturelle de la famille doivent être respectées.

Haut

Que signifie le rôle catalyseur de la municipalité?

La municipalité doit respecter sa mission qui est de dispenser ses services à ses contribuables, citoyens et familles. Mais elle doit également, par ses politiques, encourager les forces vives du milieu, regroupements, organismes, entreprises et citoyens, à mettre en commun leurs ressources et leurs efforts pour contribuer au bien-être de l’ensemble de la collectivité. Elle ne doit pas tout faire elle-même, mais « faire faire », assurer le leadership des opérations et des initiatives dans les divers champs d’intervention définis par la loi des Cités et Villes. Comme catalyseur, elle enclenche la mobilisation extra et intra municipale, rôle important car cela prend une volonté collective pour réaliser un projet. Un gouvernement local qui investit dans une politique et un plan d’action en faveur des familles se donne une valeur ajoutée et un meilleur milieu de vie.

Haut

Quelle devrait être la durée de la finalisation d'une politique familiale municipale et/ou de la démarche MADA (cadre de référence et adoption d'un plan d'action)?

Une durée de 18 à 24 mois constitue la période idéale à la finalisation d’une politique familiale municipale ou d’une démarche MADA, en tenant compte des acquis et de la taille des municipalités.
Voici les éléments qui supportent cette position :

  • L’importance de ne pas escamoter les étapes;
  • Le temps nécessaire implique l’élaboration, l’adoption et la mise en place de la politique;
  • La mise en place se fait selon des cycles de vie municipale en tenant compte de la mobilisation, de la révision annuelle et du cycle budgétaire;
  • La mobilisation doit favoriser l’appropriation des concepts, le développement du partenariat et la création d’énergie pro active;
  • La période de mobilisation doit être favorable à l’implication des ainés et des familles.

    Note : Il n’existe pas de solution mur à mur, de recette, de momentum ou, de calendrier pré établi.

« Le temps se venge des choses qu’on fait sans lui. » Paul Valéry

Haut

Quelle devrait être la durée idéale d'un plan d'action?

Le plan d’action devrait durer idéalement 3 ans, avec une évaluation annuelle lors de la préparation du budget. Les raisons qui le justifient sont reliées avec le temps nécessaire pour accomplir les étapes suivantes :

  • Mise en place;
  • Vitesse de croisière;
  • Ajustements et suivis;
  • Prendre le temps d’impliquer les partenaires et de réaliser le maillage inter sectoriel;
  • Distinguer la durée du plan et la planification globale;
  • Faire le bilan dès la 3e année et prévoir le 2e plan d’action pour qu’il n’y ait pas de temps mort entre les deux;
  • Éviter le mur à mur.

Haut

Les municipalités et MRC ont reconnu l'importance de réaliser une politique familiale en faisant une demande de subvention au MFA. Conséquemment, pourquoi faudrait-il rencontrer les élus au cours des 15 heures de formation?

Pour qu’ils profitent, ainsi que leur environnement, de l’expertise et de l’expérience du CAMF dans la réalisation de leur politique familiale et leur plan d’action. Aussi Parce que les formateurs du CAMF représentent une valeur ajoutée à l’accompagnement pour les élus et le comité famille.

Haut

Les résolutions du conseil municipal sont-elles nécessaires? Si oui, pourquoi?

Oui, ces résolutions sont essentielles et incontournables!

  • Elles mandatent l’administration et autorisent l’affectation de temps et d’énergies du personnel politique, administratif et de gens du milieu à réaliser la politique et le plan d’action;
  • Elles accordent une priorité, un ordre d’importance au dossier famille parmi les autres priorités de travail de l’administration municipale;
  • Elles permettent de positionner clairement le projet dans la vision du milieu.

Elles sont indispensables :

  • Pour démontrer l’intérêt et le sérieux du dossier, volonté politique de résultat;
  • Pour leur poids politique;
  • Pour déterminer les objectifs à atteindre;
  • Pour identifier le responsable des questions familiales (RQF);
  • Pour donner un mandat précis au comité famille;
  • Pour établir le budget et baliser les étapes de réalisation.

Leur adoption implique que des actions se réaliseront :

  • Intégration des employés dans la démarche d’élaboration de la politique et du plan d’action;
  • Engagement public des résolutions et continuité d’un conseil municipal;
    Façon de faire pour engager des dépenses publiques.

Haut

La municipalité ou la MRC peut-elle confier l'animation du processus et la rédaction des documents à une firme ou une ressource externe? Si oui, quel lien devra être établi avec le CAMF? Si non, pourquoi?

Oui, la municipalité ou la MRC pourrait confier le mandat à l’externe, mais cette ressource devra travailler conjointement avec le CAMF et suivre les étapes suggérées par le CAMF dans la formation de 15 heures. Mais…

  • Le CAMF possède une reconnaissance, l’expertise et de nombreux documents de soutien, ce qui ne sera pas le cas pour les autres firmes.
  • La ou les personnes mandatées devront s’imprégner du processus favorisant une intégration des concepts au sein des diverses instances (conseillers, comités famille, services, organismes). Il faut s’assurer que leur contribution ne soit pas que du copier/coller.
  • La municipalité devra tenir compte du cout à débourser pour l’engagement d’une firme. La municipalité devra évaluer si la ressource a une culture municipale.
  • La municipalité et la ressource devront suivre les 15 heures d’accompagnement gratuit s’engager à suivre les 17 étapes de la démarche reconnue par le MFA et devront tenir compte de la reddition de compte exigée.
  • La ressource ne devra pas s’approprier la démarche en laissant de côté la municipalité.
  • La municipalité devra vérifier si la personne mandatée est formée et possède les compétences nécessaires pour comprendre et mener la démarche.
  • La ressource devra travailler conjointement avec les participants membres du comité afin que ceux-ci puissent contrôler le suivi du processus.
  • L’animation du processus doit préférablement être confiée à une personne de l’administration municipale à qui on a délégué une autorité pour ce faire. La personne désignée a aussi pour rôle de coordonner l’avancement des travaux pris en charge par chacun des services municipaux.
  • La municipalité peut engager une personne compétente externe pour rédiger les documents, si l’administration municipale n’a pas de personnel ou ne peut dégager de personne compétente, mais celle-ci doit être supervisée par la personne qui coordonne et anime la démarche générale.

Haut

Pourquoi rencontrer les responsables des services municipaux?

Ils sont mieux placés dans la municipalité pour mettre en place les principes. Ils sont des personnes-ressources essentielles et représentent la continuité par-delà les échéances politiques.

  • Ils sont la pierre angulaire, la bougie d’allumage, le fil d’Ariane, les yeux et les bras de la municipalité;
  • Pour les associer aux orientations et qu’ils ne soient pas de simples exécutants ;
  • Pour leur permettre de réaliser l’intérêt qu’ils ont dans le développement de la ressource;
  • Pour permettre la diffusion et l’appropriation des concepts;
  • Pour développer le partenariat avec eux (ce que le politique veut…);
  • Pour actualiser l’horizontalité de la démarche;
  • Pour faciliter l’identification de couts de mesures éventuelles;
  • Pour assurer leur rayonnement.

Haut

Pourquoi devrait-on rencontrer les organismes du milieu au cours des 15 heures?

Les organismes, constituent une force vive du milieu en terme de représentativité, de leadeurship, de connaissance du terrain. Ils doivent donc être associés comme partenaires dans l’élaboration, la consultation, les représentations et la diffusion de l’information. Le rôle de partenaire laisse sous-entendre d’agir comme élément de visibilité et de lien sur l’imputabilité dans le choix des priorités, pistes, plans d’action.

Haut

Est-il avantageux de réaliser une politique familiale de la MRC?

Oui, car la réalisation d’une politique familiale municipale permet à une MRC de dégager les grandes lignes d’un cadre de référence qui va orienter les actions en faveur des familles dans les municipalités qui désirent mettre leurs ressources en commun. Des plans d’action propres à chacune des municipalités pourront être élaborés de façon à mieux répondre aux besoins spécifiques des familles. Il pourrait y avoir des regroupements de municipalités en fonction des territoires, sur une base volontaire, selon les affinités. La MRC se charge de voir à la cohérence dans les milieux de vie et de leur qualité. On laisse ainsi les dynamiques s’exercer sans partir de modèles connus, sans que les petites municipalités se sentent intimidées par la démarche de PFM. Si telle est la volonté des municipalités membres, la MRC est mandataire de plusieurs dossiers et l’on atteint ainsi un plus haut degré d’efficacité.

Haut

Qui compose le comité famille?

Des élus, des fonctionnaires, des représentants d’organismes (représentant des membres de familles) ou d’institutions, des représentants des familles parmi les citoyens, les services de communication, urbanisme, loisir, transport, seraient tout indiqués pour siéger sur le comité famille. L’élu RQF et quelques représentants des organismes communautaires en lien avec les familles et les aînés et un organisme institutionnel tel que CLSC, commissions scolaires, entreprises pourraient compléter le comité.

Conséquemment, les services tel que ingénierie, greffe, incendie et ressources humaines pourraient, d’une manière had hoc, être associés à la démarche sans pour autant faire partie du comité. En ce qui concerne les ressources humaines, ce volet est à considérer dans le rôle spécifique de la municipalité en tant qu’employeur alors que les autres services concernent principalement son rôle de dispensateur de services. Cette distinction est issue du Forum sur la conciliation travail-famille tenu récemment et auquel nous avons pris part.

Les autres organismes du milieu non présents sur le comité seront consultés chemin faisant. S’il y a lieu, des représentants de quartiers et de communautés culturelles seront intégrés à la demande d’élaboration de la PFM.

Important : Si vous effectuez conjointement à l’élaboration ou la mise à jour de votre PFM et une démarche Municipalité amie des aînés, vous devez vous assurer que les aînés sont bien représentés en incluant au moins 2 de leurs représentants sur le comité famille.

Haut

Quels sont les services du CAMF, outre les 15 heures de formation?

  • Accompagnement (consultation sous diverses formes à diverses étapes du cheminement);
  • Formations spécifiques sur divers sujets;
  • Services professionnels d’experts-conseil (rédaction, portrait du milieu, animation de consultations);
  • Évènements majeurs : colloques, forum, conférences, etc.;
  • Centre de documentation, publications et bulletin d’information;
  • Accompagnement pour l’évaluation du premier plan d’action et la mise en place du 2e plan d’action;
  • Lieu de recherche et développement avec ses comités qui offrent un lieu de convergence de la réflexion et de l’animation sur les politiques familiales municipales (PFM) et la démarche MADA;
  • Promoteur du programme de reconnaissance et d’accréditation Municipalité amie des enfants.

Haut

Est-il possible de faire la mise à jour de la PFM en incluant la démarche MADA?

Oui. Il est possible de faire l’élaboration ou la mise à jour de notre politique familiale municipale en incluant une démarche MADA.

Afin que la démarche soit un succès, vous devez :

  • inviter des organismes représentant les intérêts des ainés ou des personnes ainées (au moins deux) à siéger sur le comité de la politique familiale;
  • réaliser une seule politique, mais deux plans d’actions distincts, soit un pour la politique familiale municipale et un pour la démarche MADA;
  • adopter deux résolutions au conseil municipal, soit une pour la démarche MADA et une autre pour l’élaboration ou la mise à jour de la PFM;
  • développer la culture du Penser et agir ainés en plus de maintenir la culture du Penser et agir famille;
  • favoriser la participation des personnes ainées ainsi que la concertation et la mobilisation de toute la communauté pour que les milieux de vie correspondent davantage aux besoins des citoyens âgés, tout en n’oubliant pas les familles;
  • tenir compte des besoins particuliers des personnes ainées et dépasser la simple promotion des relations intergénérationnelles;
  • permettre la participation pleine et entière des personnes ainées dans vos activités de consultation.

Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre

Soyez les premiers informés concernant les appels de projets, les nouvelles et les initiatives des municipalités et MRC, les subventions, etc.