Skip to content

1. Est-il possible de faire la mise à jour de la PFM en incluant la démarche MADA?


Oui. Il est possible de faire l’élaboration ou la mise à jour de la politique familiale municipale en incluant une démarche MADA.
Afin que la démarche soit un succès, il est important de tenir compte des informations suivantes :

  • Vous devez vous assurer que les membres du comité sont représentatifs autant des intérêts des familles que des aînés;
  • Vous pouvez ne réaliser qu’une seule politique et un seul plan d’action, mais dans ce cas il faudra retrouver facilement les éléments spécifiques aux aînés;
  • Vous devez adopter deux résolutions au conseil municipal, soit une pour la démarche MADA et une autre pour l’élaboration ou la mise à jour de la PFM;
  • Vous devez développer la culture du Penser et agir aînés en plus de maintenir la culture du Penser et agir famille;
  • Vous devez favoriser la participation des personnes aînées ainsi que la concertation et la mobilisation de toute la communauté pour que les milieux de vie correspondent davantage aux besoins des citoyens âgés, tout en n’oubliant pas les familles;
  • Vous devez tenir compte des besoins particuliers des personnes aînées et dépasser la simple promotion des relations intergénérationnelles;
  • Vous devez vous assurer d’avoir un mode de consultation adapté à la réalité des aînés afin de s’assurer d’avoir leur participation.

Haut

2. Pourquoi les municipalités et MRC devraient se prévaloir du 15 heures d’accompagnement du CAMF?

  • Parce que le CAMF met à votre disposition plusieurs outils élaborés par des experts du processus.
  • Pour profiter de l’expérience du CAMF dans la réalisation de démarches MADA.
  • Parce que les formateurs du CAMF offrent un accompagnement personnalisé qui tient compte des besoins des municipalités et MRC.

Haut

3. Quelle devrait être la durée de la réalisation de la démarche MADA (Élaboration et adoption de la politique et du plan d'action)?

Une durée de 18 à 24 mois constitue la période idéale à la réalisation d’une démarche MADA, en tenant compte des acquis et de la taille des municipalités.
Voici les éléments qui supportent cette position :

  • L’importance de ne pas escamoter les étapes;
  • Le temps nécessaire implique l’élaboration, l’adoption et la mise en place de la politique;
  • La mise en place se fait selon des cycles de vie municipale en tenant compte de la mobilisation, de la révision annuelle et du cycle budgétaire;
  • La mobilisation doit favoriser l’appropriation des concepts, le développement du partenariat et la création d’énergie pro active;
  • La période de mobilisation doit être favorable à l’implication des aînés.

« Le temps se venge des choses qu’on fait sans lui. » Paul Valéry


Haut

4. Les résolutions du conseil municipal sont-elles nécessaires? Si oui, pourquoi?

Oui, en plus de faire partie intégrante du processus de reddition de compte, ces résolutions sont essentielles et incontournables pour plusieurs raisons :

  • Elles mandatent l’administration et autorisent l’affectation de temps et d’énergie du personnel politique, administratif et de gens du milieu à réaliser la politique et le plan d’action;
  • Elles accordent une importance au dossier aînés parmi les autres priorités de travail de l’administration municipale;
  • Elles permettent de positionner clairement le projet dans la vision du milieu.

Elles sont indispensables :

  • Pour démontrer l’intérêt et le sérieux du dossier, volonté politique de résultat;
  • Pour leur poids politique;
  • Pour déterminer les objectifs à atteindre;
  • Pour identifier le responsable des questions familiales (RQF);
  • Pour donner un mandat précis au comité MADA;
  • Pour établir le budget et baliser les étapes de réalisation.
  • Pour approuver le contenu de la politique et du plan d’action

Leur adoption implique que des actions se réaliseront :

  • Intégration des employés dans la démarche d’élaboration de la politique et du plan d’action;
  • Engagement public des résolutions et continuité malgré d’éventuels changements au sein du conseil municipal;
  • Façon de faire pour engager des dépenses publiques.

Haut

5. La municipalité ou la MRC peut-elle confier l’intégralité ou une partie du processus à une firme ou un consultant?

Oui, la municipalité ou la MRC pourrait confier le mandat à l’externe. Cela se voit lorsque l’administration municipale n’a pas de personnel ou ne peut dégager de personne compétente. Le mandat confié peut intégrer l’ensemble du processus ou viser certaines étapes précises, comme la consultation ou la rédaction des documents. Ce consultant ou cette firme doit être supervisée par la personne de l’administration municipale qui coordonne et anime la démarche générale. Cette ressource devra également travailler conjointement avec le formateur du CAMF et suivre les étapes suggérées par celui-ci dans l’accompagnement de 15 heures.

Voici quelques conseils pour vous guider si vous choisissez cette option :

  • Il faudra s’assurer que la ou les personnes mandatées s’imprègnent du processus favorisant une intégration des concepts au sein des diverses instances (conseillers, comités famille, services, organismes).
  • Attention aux produits clé en main ; il faudra s’assurer que les besoins propres à votre milieu sont pris en considération.
  • Comme ils sont au cœur du processus, la ressource devra travailler conjointement avec les membres du comité.
  • L’animation du processus doit préférablement être confiée à une personne de l’administration municipale à qui on a délégué une autorité pour ce faire. La personne désignée a aussi pour rôle de coordonner l’avancement des travaux pris en charge par chacun des services municipaux.

Haut

6. Est-il avantageux pour une MRC de réaliser une démarche MADA?

Oui, car la réalisation d’une démarche MADA permet à une MRC d’établir une concertation entre toutes les municipalités du territoire afin de mettre en commun des ressources pour mieux desservir les besoins. La MRC joue un rôle de coordination afin d’assurer la cohérence à toutes les étapes de la démarche. Bien que chaque milieu soit invité à y ajouter sa couleur, le projet de la MRC assurera une homogénéité du processus. Chacune des municipalités participant à la démarche aura à produire son propre plan d’action de façon à mieux répondre aux besoins spécifiques des aînés. Le rôle de la MRC est également de donner appui et soutien aux municipalités qui n’ont pas toujours les ressources nécessaires pour mener à bien le projet. Quant au plan d’action de la MRC, les actions s’y retrouvant seront axées sur l’ensemble du territoire tout en respectant ses champs de compétence. Si telle est la volonté des municipalités membres, la MRC peut être mandataire de plusieurs dossiers et l’on atteint ainsi un plus haut degré d’efficacité.

Haut

7. Que signifie le rôle catalyseur de la municipalité?

La municipalité doit respecter sa mission qui est de dispenser ses services à ses contribuables, familles et aînés. Mais elle doit également, par ses politiques, encourager les forces vives du milieu, regroupements, organismes, entreprises et citoyens, à mettre en commun leurs ressources et leurs efforts pour contribuer au bien-être de l’ensemble de la collectivité. Elle ne doit pas tout faire elle-même, mais « faire faire », assurer le leadership des opérations et des initiatives dans les divers champs d’intervention définis par la loi des Cités et Villes. Comme catalyseur, elle enclenche la mobilisation extra et intra municipale, rôle important car cela prend une volonté collective pour réaliser un projet. Un gouvernement local qui investit dans une politique et un plan d’action en faveur des aînés se donne une valeur ajoutée et un meilleur milieu de vie.


Haut

8. Qui compose le comité MADA?

Des élus, notamment le responsable du dossier aînés, des représentants d’organismes aînés, des institutions, telles que le CLSC, des représentants des aînés parmi les citoyens, les services de communication, d’urbanisme, de loisir, et de transport seraient tout indiqués pour siéger sur le comité MADA.

Il est important de limiter le nombre de membres faisant partie du comité afin de faciliter le travail. Cependant, d’autres acteurs pourraient être invités à des rencontres spécifiques les concernant. Conséquemment, les services tels que l’ingénierie, le greffe, la prévention des incendies et les ressources humaines ainsi que les organismes ne siégeant pas sur le comité pourraient, d’une manière ad hoc, être associés à la démarche sans pour autant faire partie du comité.
Important : Si vous effectuez simultanément l’élaboration ou la mise à jour de votre PFM et une démarche Municipalité amie des aînés, vous devez vous assurer que les aînés sont bien représentés en incluant au moins 2 de leurs représentants sur le comité.

Haut

9. Quelles sont les caractéristiques d’un aîné ?

Ce n’est pas une tâche facile de déterminer quelles sont les caractéristiques des aînés ; il ne suffit pas uniquement de statuer sur l’âge à partir de laquelle une personne devient aînée pour clore la discussion. Afin de se donner une vision commune de ce qui caractérise les aînés, le CAMF propose que le comité considère quatre dimensions soient l’âge, le degré d’autonomie, le rôle dans la dynamique familiale et l’implication dans la communauté. Le formateur sera en mesure d’épauler le comité dans cette démarche dans le cadre de son accompagnement.

Haut

10. Pourquoi est-ce important de rencontrer les responsables des services municipaux dans le cadre de la réalisation de la démarche?


Les responsables des services municipaux sont la pierre angulaire du processus car :

  • Ils sont à même d’identifier les actions qui ont déjà été entreprises et celles qui pourraient être entreprises dans le futur.
  • Ils sont les mieux placés dans la municipalité pour déterminer si une action est réalisable, notamment en facilitant l’identification de coûts qui y sont associés.
  • Ils mettront en œuvre les actions.
  • Ils assureront la continuité des actions par-delà les échéances politiques.

Il est important de les consulter et ce, à plusieurs moments durant la démarche, pour :

  • les mobiliser tout au long du processus.
  • permettre la diffusion et l’appropriation des concepts;
  • développer un partenariat avec eux ;
  • éviter de travailler en silo.

Haut

11. Pourquoi devrait-on rencontrer les organismes du milieu au cours du processus?

Les organismes constituent une force vive du milieu en terme de représentativité, de leadership et de connaissance du terrain. Il existe plusieurs avantages à en faire des partenaires, tels que favoriser la cohésion sur le terrain, éviter le dédoublement d’actions, et faciliter la diffusion de l’information. Le rôle de partenaires laisse sous-entendre d’agir à titre d’ambassadeurs de la démarche, notamment en assurant une visibilité dans leur réseau respectif, et d’avoir de l’imputabilité dans le choix des priorités et pistes d’action. Enfin, des actions pourraient être réalisées en collaborations avec certains organismes du milieu.

Haut

12. Quelle devrait être la durée de vie idéale d'un plan d'action?

Le plan d’action devrait durer idéalement 3 ans, avec une évaluation annuelle lors de la préparation du budget. Les raisons qui justifient une telle durée sont multiples :

  • Mettre en place des processus de suivi ;
  • Procéder à des ajustements lors de la présence d’obstacles ;
  • Coordonner les différents partenaires et réaliser du maillage intersectoriel;
  • Éviter les plans d’action trop long puisque les besoins des aînés évoluent avec le temps.

* Un plan d’action d’une durée de trois ans est suffisamment long pour avoir le temps de réaliser les actions qu’il contient mais suffisamment court pour ne pas perdre la mobilisation des différents partenaires. Il est d’ailleurs à noter que le ministère exige un plan d’action d’une durée minimale de trois ans.

Haut

13. Quels sont les services du CAMF, outre les 15 heures d’accompagnement?

  • Formations spécifiques sur divers sujets;
  • Services professionnels d’experts-conseil (rédaction, portrait du milieu, animation de consultations);
  • Évènements majeurs : colloques, forum, conférences, etc.;
  • Centre de documentation, publications et bulletin d’information;
  • Accompagnement pour l’évaluation du premier plan d’action et la mise en place du 2e plan d’action;
  • Développement d’outils basés sur les récentes recherches, l’expérience sur le terrain et la veille stratégique;
  • Outils en ligne pour compléter l’accompagnement offert par le CAMF, tels que la Banque des 1001 mesures.

Haut

Abonnez-vous à notre Infolettre

Soyez les premiers informés concernant les appels de projets, les nouvelles et les initiatives des municipalités et MRC, les subventions, etc.